Français
中文繁體
Deutsch
English
Español
Polski
Português
Română
Русский

Stimulation Epidurale

La stimulation épidurale a permis à de précédents patients de retrouver une fonction motrice volontaire. Cette technologie consiste à implanter un dispositif dans l’espace péridural permettant de délivrer des signaux électriques à la moelle épinière en continu. Ces signaux électriques imitent ceux envoyés par le cerveau pour le déclenchement de mouvements volontairement. L’appareillage de stimulation épidurale est fourni par la compagnie Medtronic.

Les lésions de la moelle épinière engendrant une paralysie totale, ont longtemps été considérées comme causant des symptômes irréversibles. Cependant après des années de  travail, recherche et expérience clinique, Beike a développé un protocole de traitement de pointe pour les patients atteints de lésions médullaires, combinant traitement par cellules souches, programme de rééducation et stimulation épidurale.

1- Stimulation Epidurale

Des avancées récentes en matière de stimulation de la moelle épinière ont démontrées via la  stimulation épidurale qu’une paraplégie complète n’est plus irréversible. De nombreux patients ont ainsi pû récupérer des mouvements volontaires et ainsi améliorer leur qualité de vie. La stimulation épidurale consiste à implanter un dispositif dans l’espace péridural permettant de délivrer des signaux électriques à la moelle épinière en continu. Ces signaux électriques imitent ceux envoyés par le cerveau pour le déclenchement de mouvements volontaires. La thérapie par cellules souches, combinée à la stimulation épidurale ainsi qu’une rééducation adaptée, rend

Procédure Générale

  • Admission d’un jour dans un hôpital spécialisé pour l’implantation du stimulateur épidurale (légère chirurgie), puis retour au centre affilié de Beike, le Better Being Hospital pour continuer le traitement par cellules souches et progressivement régler le stimulateur. La chirurgie d’implantation du stimulateur dure 30 minutes et est menée sous anesthésie générale.
  • 1 jour de repos post-opératoire puis retour à la thérapie par cellule souche et programme de rééducation.

2- Thérapie par Cellules Souches

Les cellules souches peuvent remplacer les cellules endommagées ou malade. Celles-ci peuvent par exemple se différencier en neurones ou autre types de cellules requises et jouent également de nombreux rôles supplémentaires par l’intermédiaire de l’action paracrine. Cette dernière permet la délivrance de facteurs angiogéniques, facteurs de croissance, et cytokines permettant de :

  1. Moduler la réponse immunitaire envers la blessure,
  2. Induire des enzymes afin de réduire les inflammations, les tissus cicatriciels et favoriser l’élimination des débris cellulaires.
  3. Limiter les lésions secondaires en protégeant les neurones environnants.
  4. Promouvoir la régénération des cellules souches endogènes
  5. Promouvoir l’angiogenèse afin d’accroître l’apport sanguin aux zones endommagées, permettant une récupération optimale;
  6. Améliorer la cicatrisation des plaies
  7. Fournir un «relais» électrique cellulaire entre les neurones au-dessus et en-dessous du site de lésion, pour éventuellement prévenir la détérioration clinique.

3- Programme de Rééducation et Médecine Fonctionnelle

  1. La médecine fonctionnelle a pour but de modifier certains facteurs clefs pour une récupération optimale, tels que le régime alimentaire, l’exercice physique ou la prise de compléments alimentaires. Tandis que le traitement par cellules souches vise à régénérer les cellules lésées, la médecine fonctionnelle quant-à-elle permet de créer l’environnement approprié pour que les cellules souches puissent fonctionner de manière optimale. De plus, des programmes de thérapies adaptés aux besoins de chaque patients sont également prodigués et ceux-ci peuvent inclure de l’intégration sensorielle, de l’ergothérapie, physiothérapie, aquathérapie, thérapie hyperbare, stimulations magnétique transcrânienne, ‘acupuncture, transplantation de microbiome intestinal, facteurs de croissance nerveuse et plus encore.
  2. Le programme de rééducation quant à lui permet quant-à-lui de réorganiser les réseaux locomoteurs le long de la moelle épinière, générant de nouveaux modèles d’activité musculaire. D’autres effets bénéfiques ont également été démontrés, comme par exemple la stimulation de la croissance des fibres sérotoninergiques après un programme d’exercices poussé. En outre, une activité physique accrue peut conduire à une prolifération accrue des cellules épendymaires. Les données publiées sur «le traitement par cellules souches combiné à un programme de rééducation, ont montré une récupération fonctionnelle accrue lorsque le traitement par cellules souches est accompagné d’un programme de rééducation.
Share This